Des experts internationaux examinent les stratégies innovantes en matière de lutte contre les vers parasites

08.12.2017

Les infections par vers parasites affectent plus d’un milliard de personnes et ont un impact considérable sur la santé publique dans de nombreuses régions du monde. Les 7 et 8 décembre 2017, des experts internationaux se réunissent à Bâle pour étudier de nouvelles stratégies de contrôle et d’élimination des vers parasites. Ce colloque scientifique est organisé par l’Institut Tropical et de Santé Publique Suisse (Swiss TPH).

Olga Fedorova, Siberian State Medical University, et Jennifer Keiser, Swiss TPH.

Quelque 1,5 milliard de personnes à travers le monde souffrent d'helminthiases d'origine tellurique et 250 millions d'autres sont atteintes de schistosomiase; deux des infections par vers parasites les plus fréquentes. Elles sont transmises par différentes espèces de vers parasites présents dans la terre ou dans l'eau et peuvent entraîner des diarrhées, la malnutrition, des troubles de la croissance et un grossissement du foie ou de la rate. La morbidité causée par des infections chroniques par des helminthes peut débiliter des communautés entières et contribuer à la pauvreté dans des régions endémiques.

160 scientifiques se réunissent à Bâle

Dans l'objectif d'étudier les stratégies actuelles et d'examiner les nouveaux moyens de prévention, de contrôle et d'élimination des infections par des helminthes, Swiss TPH organise en ce moment un colloque de deux jours à Bâle, en Suisse. Quelque 160 scientifiques et experts procèdent à l'examen critique des innovations en termes de diagnostics et de médicaments, et discutent des stratégies de contrôle visant à interrompre la transmission d'infections par vers parasites. Les résultats du Zanzibar sont présentés à titre d'exemple afin de démontrer qu'un ensemble d'interventions multifacettes permet de réduire à moins de 2% la prévalence de l'infection chez les enfants d'âge scolaire.

"Même si les vers parasites affectent une personne sur cinq dans le monde, ils font partie de ce que l'on appelle les maladies tropicales négligées qui sont intimement liées à la pauvreté", affirme Jürg Utzinger, directeur de Swiss TPH. "Certes nous constatons certains progrès, mais nous devons favoriser davantage l'innovation, affiner les outils et stratégies existants et adopter des approches de contrôle intégrées taillées sur mesure en fonction des contextes socio-écologiques."

"Un besoin urgent de nouveaux médicaments"

Les innovations sont notamment urgentes dans le domaine de la recherche et du développement de médicaments. "Nos recherches indiquent que l'efficacité des anthelminthiques actuels diminue", affirme Jennifer Keiser, cheffe de l'unité Helminth Drug Development chez Swiss TPH et récemment nommée professeure associée des maladies tropicales négligées à l'Université de Bâle. "Il est donc urgent de découvrir et développer de nouveaux médicaments et d'évaluer rigoureusement les multithérapies potentielles. Ce colloque est une merveilleuse occasion pour Swiss TPH d'exposer ses partenariats existants et d'établir de nouvelles collaborations."

Un institut de pointe dans la lutte contre les helminthiases

Swiss TPH est l'une des premières institutions au monde dans la recherche et le développement de nouveaux traitements, la réalisation d'essais cliniques et la mise en œuvre d'initiatives de contrôle et d'élimination dans le domaine des infections par vers parasites. Swiss TPH s'associe à des organisations locales, nationales et internationales, notamment dans le cadre du Consortium pour une formulation pédiatrique du praziquantel, du Tribendimidine Consortium ou du Tomsk Opisthorchiasis Consortium. Swiss TPH accueille également le centre collaborateur de l'OMS pour l'épidémiologie et le contrôle des infections par des helminthes.

Sur le Swiss TPH

L'Institut Tropical et de Santé Publique Suisse (Swiss TPH) est un leader dans le domaine de la santé globale, dédié tout particulièrement aux pays à revenus faibles et intermédiaires. Associé à l'Université de Bâle, le Swiss TPH contribue à l'amélioration de la santé au niveau local, national et mondial à travers la recherche, les services et l'enseignement et la formation. 800 personnes venant de plus de 70 pays travaillent au Swiss TPH sur les maladies infectieuses et non transmissibles, sur la santé environnementale et sociale, et sur les systèmes et interventions de santé.