Les enfants n’ont pas été moins actifs pendant la pandémie de COVID-19

06.09.2022

L'étude SOPHYA de l'Institut Tropical et de Santé Publique Suisse (Swiss TPH) a examiné pendant cinq ans le comportement des enfants et des adolescents en matière d'activité physique et de sport dans toute la Suisse. Les résultats montrent que l'environnement résidentiel et le comportement des parents influencent considérablement le comportement en matière d'activité physique pendant l'enfance et ont ainsi des répercussions à long terme sur la santé des enfants et des adultes plus tard. L'activité physique n'a pas diminué pendant la pandémie de COVID-19.

Child fitness, twins kids running on stadium track in city park , training and children sport healthy lifestyle. Outdoor activities by running make the child's body healthy and experience enriched

L'étude SOPHYA a examiné le comportement des enfants et des adolescents en matière d'activité physique et de sport. Foto: Elizaveta - stock.adobe.com

SOPHYA (Swiss Children's Objectively Measured Physical Activity) est la première étude à long terme menée dans toute la Suisse qui a mesuré objectivement - à l'aide d'un accéléromètre - le comportement des enfants et des adolescents en matière d'activité physique, tout en examinant les facteurs d'influence au moyen d'enquêtes sur les activités sportives, la famille, le mode de vie, l'environnement résidentiel et la santé. Environs 2’300 enfants et adolescents âgés de 5 à 20 ans de toute la Suisse ont participé à cette étude entre 2014 et 2019/2020. L'étude a ainsi permis d'examiner le développement des comportements en matière d'activité physique de l'enfance à l'adolescence et au début de l'âge adulte.

Le comportement en matière d'activité physique pendant l'enfance s'est poursuivi à l'âge adulte

L'étude a montré que les enfants qui étaient physiquement plus actifs dès leur plus jeune âge que les autres enfants du même âge étaient également plus actifs plus tard dans la vie. Alors que les enfants moins actifs avaient moins accès au sport ou avaient tendance à quitter les clubs de sport, notamment à l'adolescence. Les parents ont également joué un rôle important à cet égard : si les parents étaient eux-mêmes actifs, les enfants l'étaient également. A cela s'ajoute le fait que la fin de l'école était souvent liée à l'abandon des clubs de sport. "L'objectif devrait donc être de trouver des offres complémentaires pour atteindre très tôt les enfants et les adolescents moins actifs, ainsi que de créer des offres après la fin de l'école pour que les enfants et les adolescents restent actifs sportivement à long terme", a déclaré Nicole Probst-Hensch, directrice du département "Epidemiology and Public Health" au Swiss TPH et directrice de l'étude SOPYHA.

Les filles et les jeunes femmes étaient moins actives physiquement et sportivement que les garçons et les jeunes hommes. Une grande différence a été constatée dans les mouvements quotidiens, par exemple pour faire du vélo. Les filles issues de l'immigration, en particulier, faisaient moins de vélo. "Les filles et les jeunes femmes, en particulier les migrantes, devraient donc être encouragées de manière ciblée dans leur comportement en matière d'activité physique et de sport", a déclaré Nicole Probst-Hensch.

Les différences socio-économiques ont joué un rôle mineur

Le revenu du ménage n'a pas eu d'influence sur l'activité physique mesurée, alors qu'il en a eu sur la participation à des clubs de sport. Les enfants et les adolescents des ménages à faible revenu avaient tendance à être moins actifs sur le plan sportif que ceux des ménages à revenu plus élevé. Le sport scolaire facultatif a touché les enfants et les adolescents indépendamment de leur milieu socio-économique.

Un environnement de vie favorable à l'activité physique a eu un impact positif à long terme

Les participants de Suisse romande et italienne étaient déjà moins actifs physiquement que les participants de Suisse alémanique en 2014. Cette différence était encore visible en 2019, bien qu'un peu moins marquée. Un environnement résidentiel favorable à l'activité physique, par exemple dans un environnement de circulation sûr ou avec un accès à des espaces verts et de jeu, a joué un rôle important. Un environnement résidentiel peu propice à l'activité physique a eu une influence négative sur le comportement en matière d'activité physique et de sport, tant à court qu'à long terme. Les enfants vivant dans un environnement peu propice à l'activité physique étaient également moins actifs cinq ans plus tard que les enfants vivant dans un environnement favorable à l'activité physique.

Effets positifs sur la qualité de vie

L'étude a montré que le sport et l'activité physique avaient des effets positifs sur le style de vie, la qualité de vie et la résilience au stress des enfants et des adolescents. Plus ils étaient actifs, moins ils consommaient de tabac et de boissons sodas. Les enfants physiquement actifs n'ont pas eu plus d'accidents que les enfants inactifs. De même, les enfants actifs avaient moins de jours de maladie que les enfants moins actifs. "L'activité physique contribue donc à la santé physique et psychique", a déclaré Probst-Hensch.

Les enfants n’ont pas été moins actifs pendant la pandémie de COVID-19

L'étude a également examiné les différences de comportement en matière d'activité physique avant et pendant la pandémie de COVID-19. Il s'est avéré que la pandémie n'avait pas d'influence sur le comportement en matière d'activité physique des enfants âgés de 5 à 10 ans. Cependant, les filles ont rejoint les clubs de sport plus tard qu'avant la pandémie. "Cela pourrait s'expliquer par la préférence des filles pour les sports d'intérieur comme la danse et la gymnastique, tandis que les garçons ont privilégié le football, qui pouvait encore être pratiqué à l'extérieur malgré la pandémie et qui était moins touché par les concepts de protection", a déclaré Johanna Hänggi, co-coordinatrice de l'étude SOPHYA. Cependant, la qualité de vie liée à la santé était inférieure à celle de 2014 pendant tous les mois de la pandémie, notamment au moment du nombre élevé d'infections et des fortes mesures de restriction en mars et décembre 2020. "De nombreux participants avaient indiqué qu'ils faisaient partie d'un club de sport parce qu'ils y appréciaient les contacts sociaux, et ces contacts sociaux, qui avaient une influence importante sur la qualité de vie, ont disparu pendant cette période", a déclaré Bettina Bringolf, co-coordinatrice de l'étude SOPHYA.

"Les résultats de l'étude SOPHYA fournissent des bases importantes pour la promotion de l'activité physique et du sport et contribuent ainsi à améliorer la santé et le bien-être des enfants, des adolescents et des jeunes adultes", a déclaré Nicole Probst-Hensch.

À propos de l'étude SOPHYA

Cette étude représentative a été réalisée par l'Institut Tropical et de Santé Publique Suisse (Swiss TPH) en collaboration avec l'Institut des Sciences du Sport de l'Université de Lausanne (ISSUL) et «Università della Svizzera italiana» (USI). L'Office fédéral du sport (OFSPO) a apporté un soutien important à l'étude, tant sur le plan financier que sur celui du contenu. D'autres contributions ont été apportées par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et Promotion Santé Suisse. L'étude SOPHYA a en outre été réalisée en étroite collaboration avec l’étude Sport Suisse.

Nicole Probst-Hensch

Nicole Probst-Hensch

Professor, PhD (Pharmacy and Epidemiology), MPH

Head of Department, Group Leader, Head of Unit
+41612848378
nicole.probst@swisstph.ch

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez toutes les dernières nouvelles de la recherche, nos projets, cours et événements.